Miracle de l’école primaire : "Travaillez moins, vous apprendrez plus !" Adresse aux parents d’élèves lue en Conseil d’école maternelle et élémentaire.

, par  DL

Nous, parents d’élèves membres de la FCPE d’Orsay, nous adressons à vous de façon solennelle pour exprimer notre opposition résolue au projet du ministre de l’Education nationale qui concerne la semaine de 4 jours et les nouveaux programmes du primaire.

Ce projet a été bâti sur un constat unanime et partagé, celui que "l’école primaire n’est pas une simple étape de la scolarité, mais la clé du succès de toutes les autres, car elle construit les fondements d’une formation menant chacun à une qualification". [1]

Ce projet veut remédier à ce que démontrent des comparaisons internationales : l’enseignement primaire en France est en mauvaise posture, 10 % à 15 % des élèves entrent en 6e sans posséder "les fondamentaux" –lire, écrire, compter- et se trouvent donc incapables de suivre. [2]

Qu’apporte ce projet avec la semaine de 4 jours ? Il concentre la durée d’enseignement sur moins de 140 jours par an, alors que les écoliers en ont 210 au Japon, 200 en Italie et au Danemark, 188 en Finlande, 190 en Grande-Bretagne, etc.
Comme tous les spécialistes de l’enfance, pédagogues ou médecins, vous savez bien que 6h d’enseignement par journée de classe c’est trop long pour des enfants de moins de huit ans.

Alors, à qui fera-t-on croire qu’il leur sera possible d’apprendre mieux, en travaillant moins longtemps dans l’année et plus chaque jour ?

Une chose est sûre, le nombre des élèves incapables de suivre en 6e va augmenter, mais ce seront d’abord ceux qui ne trouveront pas l’aide nécessaire dans leur famille.

Avec du temps en moins, l’enseignement devrait se concentrer sur les "fondamentaux". Mais les représentants des enseignants dénoncent aussi un projet "marqué par l’inadaptation des contenus, l’affaiblissement de leur dimension culturelle et une conception mécaniste des apprentissages. Ils protestent contre, l’appauvrissement sans précédent des apprentissages et des objectifs, à commencer par la lecture et l’écriture.
Selon eux, "face à un tel renoncement sur l’essentiel, l’introduction de nouveaux contenus dans d’autres matières apparaît comme un affichage qui accroît l’incohérence de l’ensemble. Loin de contribuer à la réussite de tous les élèves, il pénalisera de fait ceux qui ont le plus besoin d’école. (…). Il tourne le dos à l’ambition des programmes de 2002 qui était de doter tous les élèves des outils nécessaires pour réussir au collège. [3]

Nous les rejoignons pour affirmer avec force que les apprentissages fondamentaux que vise l’école primaire, s’appuient d’abord sur le travail des élèves. Dans ces apprentissages, la recherche, la découverte et l’expérimentation s’allient nécessairement à la rigueur, à la structuration des connaissances et à la mémorisation. Ainsi, nous demandons, au recteur de l’académie de tenir compte de l’avis des enseignants et des parents signataires et de suspendre la mise en œuvre de ce projet.

FCPE, Ecoles élémentaire et maternelle du Centre à Orsay

voir le débat qui suit l’article d’Antoine Prost sur le site mediapart

[1Préambule au Nouveaux programmes de l’Ecole primaire.

[2Tous ces éléments sont issus de l’article d’A. Prost paru dans le Monde du 28 mai 2005 : "Un Munich pédagogique".

[3Voir la pétition de l’Appel des 19