Compte rendu de l’enquête sur la collation matinale à l’école maternelle

, par  DL

Pourquoi une enquête sur la collation du matin ?
La collation distribuée le matin crée des habitudes alimentaires ; elle favoriserait le surpoids de certains enfants. De nombreux parents s’émeuvent de la demande de fourniture de sucreries, gâteaux etc.., alors que "à la maison" le grignotage est interdit !

L’agence française de sécurité sanitaire consultée par la direction générale de la santé indique :
« la collation du matin à l’école, de par sa composition, son horaire, son caractère indifférencié, n’est pas justifiée et ne constitue pas une réponse adaptée à l’absence de petit déjeuner. Le souci de pallier l’insuffisance des apports matinaux chez une minorité d’enfants aboutit à un déséquilibre de l’alimentation et à une modification des rythmes alimentaires de la totalité des écoliers."..."Cette prise alimentaire supplémentaire est à l’origine d’un excès calorique qui ne peut que favoriser l’augmentation de la prévalence à l’obésité. »

De là vient l’idée de consulter les parents sur ce sujet de santé important. Les représentants des parents d’élèves ont voulu éviter de faire un sondage d’opinion "pour "ou "contre" la collation, mais plutôt tenter de connaître les pratiques réelles et les souhaits des familles sur le sujet.

Méthode

Les représentants des parents ont mis au point à un questionnaire anonyme, transmis à toutes les familles par l’intermédiaire de la directrice et des institutrices.

L’idée est de recueillir des informations sur les habitudes des enfants, à l’école et aussi à la maison, de pouvoir comparer les habitudes des enfants et les souhaits des parents selon les sections (petits, moyens grands) afin d’élaborer des propositions pour des alternatives.

Résultats de l’enquête

Sur 160 questionnaires distribués, 80 questionnaires ont été retournés et saisis. Cette enquête est un succès ; elle montre l’intérêt des parents pour la question.
Un échantillon de 80 réponses devrait être représentatif, mais pourtant la petite section est surreprésentée
(34/80 = 42%), la moyenne section normale, (24/80 = 30%) et la grande section sous-représentée (19/80= 24 %)). De plus 5 questionnaires ne sont pas renseignés.
Ainsi, on peut faire une première remarque pour dire que la question de la collation parait plus sensible pour les parents des enfants en petite section et moins importante pour ceux de la grande section

Fréquentation du centre de loisirs maternel le matin et le soir après 16h 30
Une très grande majorité des enfants (69/80) ne fréquentent jamais le CLM le matin, 19 y vont quelquefois, 2 y vont tous les jours ou régulièrement.
Le soir, 24 y vont tous les jours ou régulièrement, 18 y vont de temps en temps ; 38 n’y vont jamais.

Prise du petit déjeuner


78 parents indiquent que leur enfant déjeune toujours avant de partir à l’école et 2 qu’il déjeune le plus souvent. Moins de 10 ajoutent que leur enfant ne prend que du lait.
On observe ainsi, comme cela a déjà été montré (AFSSA) que la collation est un apport nutritif qui vient toujours (sauf à de très rares exceptions) en supplément du petit déjeuner.

Résultats

La collation est-elle perçue comme nécessaire ou au contraire comme superflue par les parents ?
Pour cette question, il est tentant d’opposer tous les "Oui elle est nécessaire" à tous les "Non elle ne l’est pas !
Nécessité de la collation
Oui ... parce que ... 56
Non,.parce que ... 20
Mais est-ce que ce sont bien les mêmes "oui" et les mêmes "non" ? Cette approche serait réductrice car elle laisse de côté la variété des réponses :
 25/80 lui trouvent une nécessité pour la nutrition, comme complément au petit déjeuner (31%)
 20/80 estiment de la même façon qu’elle est inutile. (25%)
 31/80 la tiennent au premier chef comme un moment convivial de la vie scolaire le matin, soit 39% des répondants
 4/80 indiquent un autre choix (5%) pour sortir du dilemme oui/non.
Un parent sur trois (31%) soutient l’intérêt nutritif de la collation..., tandis que 39% considèrent qu’elle apportera un "plus" aux enfants comme moment de sociabilité. Dans ce cas, la collation est appréciée dans un autre registre que celui de la nourriture.
Cette opinion ouvre un espace de réflexion pour reconsidérer la collation non comme une réponse adaptée à un besoin alimentaire pour les enfants mais comme un moment "plaisir" qui peut être réinventé.
Notons encore que cette opinion (moment de convivialité) décline au fur et à mesure que l’enfant passe de la petite à la grande section.

De fait cette collation faut-il l’aménager ?

 54% souhaitent en changer
-  mieux diversifier les aliments (21%) (les plus cités sont en premier lieu, les fruits ; le pain ou des produits laitiers (fromage) sont également mentionnés),
-  la supprimer (20%) ou la remplacer par une boisson (4%),
-  la donner au CLM (4%), ou de façon occasionnelle (5%).
 Alors que 37/80 soit 46% souhaitent maintenir la formule actuelle

Pratiques familiales concernant la collation du matin à la maison :
 85% des répondants ne donnent jamais ou rarement une collation à leurs enfants à la maison. (68/80)
 seuls 15% leur donnent un complément au petit déjeuner (12/80)
 on perçoit ici le décalage entre des habitudes familiales (pas ou peu de collation) ajustées aux rythmes des enfants et des représentations plus confuses (sociabilité, moment plaisir, compensation affective, etc.) de ce qu’il serait "nécessaire " de faire à l’école.
 De la même façon de nombreux parents indiquent que pendant la matinée à la maison, ils ne donnent rien en plus du petit déjeuner, car les enfants se lèvent plus tard que d’habitude, ces jours là : laps de temps plus court entre petit-déjeuner et déjeuner. Or, à l’école, les enfants de la maternelle vont à la cantine à 11 h 30 et la collation a lieu généralement vers 10h : le laps de temps entre les prises d’aliments est de fait plus serré !
 Les aliments proposés à la maison : le plus souvent des fruits, du pain, du lait. (11/80 disent donner des gâteaux.)

Conclusion

Education du goût, éducation du plaisir, le moment de la collation devrait évoluer vers plus de diversité, vers d’autres registres que celui de la consommation, vers la découverte de saveurs ou de jeux et d’échanges.

Les résultats complets de l’enquête seront bientôt disponibles sur le site internet de la FCPE.